Suite à l’accident mortel, pas de changement dans les procédures à la Ville. Ils préfèrent la méthode: « on l’a toujours fait comme ça »

Suite à un accident mortel qui est survenu samedi soir dans lequel un mauvais entretien d’un terrain vacant de la ville a été possiblement mis en cause, c’était « Business as Usual » hier soir au conseil.

À l’éttonement des citoyens dans la salle, même les conseillers de l’opposition ont préféré rester muets sur le sujet.

Malgré qu’il y avait des citoyens qui soulevaient des sujets de sécurité pour les enfants, l’administration de la Ville n’a démontré aucune intention de changer des procédures de la Ville en ce qui concerne les terrains vacants lorsqu’il y a un danger pour le public. Le seul geste que M. Cantin a fait était de dire aux citoyens dans la salle que le lundi après l’incident, il avait donnait l’ordre au directeur général de la ville de nettoyer le terrain en question et « ici à la fin de la semaine on va envoyer des gens ».

Dans le cas du terrain en question, il y a quelques mois, la Ville a entrepris des procédures en cour municipale pour obliger le propriétaire du terrain de nettoyer le terrain au complet. Une procédure qui peut prendre des mois.

Paroles de François Cantin:
« Théoriquement, la façon dont on fonctionne, depuis qu’on est élu, je ne pense pas me tromper en disant que c’était comme ça avant mais je ne veux pas parler pour ceux qui étaient là avant. C’est un suivi serré qui se fait, avec les étapes qu’il faut faire, il y a des constats qui sont émis, il y a un processus de cour municipalle qui est fait, et
on préfère fonctionner de cette façon-là.  »

Et ceci, même quand le greffier de la Ville avoue que la ville peut procéder sans un ordre de la cour pour nettoyer les premiers 3 mètres d’un terrain.

Le greffier de la Ville a déclaré que la ville est propriétaire, habituellement, de 3 mètres de terrain à côté de la section pavé de la municipalité et que « c’est sûr que la municipalité pourra faire des travaux sur sa partie à elle ».


Le maire préfère suivre la méthode « on l’a toujours fait comme ça » une méthode qui peut prendre des mois, même si des situations qui nuisent à la sécurité publique pourraient être réglées dans une question d’heures.

La ville veut traiter ces dossiers comme des cas de nettoyage de terrain en entier (qui prennent des mois) quand en fait c’est simplement une question de rendre des parties des terrains de la ville en conformité avec les règlements municipaux qui touchent à la sécurité des coins de rue.

Paroles de François Cantin:
« C’est sûr que jamais on pense qu’il va arriver des tragédies… Il y a des enfants qui se noient à chaque année sur le territoire du Québec
malgré que le gouvernement du Québec fait des annonces et je pense même que les vendeurs de piscines insistent pour des clôtures, etc. et malgré tout, il y en a encore… »

Donc, mes cocitoyens de Blainville, soyez encore plus vigilants en ce qui concerne la sécurité de vos enfants, parce que l’administration de notre ville semble croire que la seule façon de prévenir des accidents est avec des panneaux publicitaires et des dépliants.

Et, à quelques centaines de pieds des lieux de l’accident, un autre coin de rue avec la visibilité partiellement obstruée par des herbes allant jusqu’à 2 mètres. Cette fois ici, elles ne sont pas aussi hautes que celles sur les lieux de l’accident. Et, peut-être dans quelques mois, après nombreuses étapes par la ville elles seront enlevées. Chose certaine, dans quelques temps elles seront encore plus hautes.

RSS feed for comments on this post

Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.