Le maire se cache et le maire suppléant nous ment.

Séance du conseil du 16 octobre, 2007.

Le maire François Cantin a choisi d’être absent.

Avec une salle de conseil remplie à capacité, une pétition avec les signatures de quelques 440 citoyens qui s’opposaient à l’école secondaire a été déposée.


Le maire suppléant, Richard Perreault, a débuté la séance en disant qu’une fois que le Collège de Blainville reçoit toutes les approbations de la Commission scolaire, la ville consultera les citoyens.

Après questionnement par le public, le directeur général de la ville a admis qu’il n’y avait aucune clause dans le contrat qui permettait à la ville de reculer sur sa décision de vendre le terrain. L’offre d’achat était conditionnelle uniquement sur la part de l’acheteur qui peut se désister si la commission scolaire n’accepte pas son application pour un permis.

Les gens dans la salle ont vite réalisé que l’offre de consulter les citoyens n’était que de la poudre aux yeux des citoyens.

Le maire suppléant a ensuite déclaré aux gens qu’il n’y avait jamais eu question d’une école primaire de 300 à 400 élèves et que le zonage était pour n’importe quelle sorte d’école. Le maire suppléant a passé la parole au conseiller du secteur de la Renaissance François Garand, qui semblait ignorer totalement la colère des citoyens de son quartier qui sont aussi affectés par ce projet d’école. M Garand a lu la résolution de zonage qui avait été proposée par les conseilleurs Michelle Murray et Daniel Ratté en 2004.

Lorsqu’un des citoyens dans la salle a demandé au maire suppléant s’il pouvait questionner Mme Murray, elle a complètement démenti les paroles du maire suppléant. Elle a dit que lorsque le changement de zonage a été proposé aux citoyens, c’était pour une école de 300 à 400 élèves du primaire et que les citoyens ont appuyé le changement de zonage sur cette base.

Le maire suppléant a avoué qu’aucune étude environnementale ou au niveau de la sécurité n’a été faite suite au changement de la vocation du terrain en question.

La conseillère Marie-Claude Collin a expliqué comment elle et ses voisins du Blainvillier ont été obligés de subir la surprise d’une école secondaire de 1500 élèves et qu’avec le temps ils se sont habitués. Elle a ensuite accusé des gens du Fontainebleau d’avoir négligé de participer à une série de consultations que la ville a faites. Les gens dans salle ont dit qu’ils n’avaient eu aucune connaissance de ces consultations. (Il est important de noter que lors des consultations en novembre et décembre 2006, il n’y a eu aucune mention du projet d’école secondaire)

Un citoyen a pris la parole pour dénoncer le fait que lorsqu’on reçoit des nouvelles poubelles, la ville dépense des sommes importantes pour des affiches, des enseignes et des dépliants, mais lorsqu’elle cherche à consulter des gens, c’est caché dans les pages arrières des journaux locaux.

Vers la fin de la soirée, Louis Lamarre, chef de l’opposition, a signalé son appui aux résidents du secteur Fontainebleau et de la Renaissance.

La session s’est terminée avec les gens dans l’attente d’une réponse de la ville concernant la pétition déposée par les citoyens. Les citoyens ont convenu qu’ils étaient prêts à prendre des mesures légales et se proposaient de prendre des mesures plus drastiques et gênantes pour l’administration Cantin afin de protéger la sécurité et quiétude de leur voisinage.

Un autre dossier à suivre….

RSS feed for comments on this post · TrackBack URL

Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.